La sous-prefecture de Sens

Historique de la sous-préfecture de Sens

 
 
Sous-préfecture

Histoire du site et des bâtiments.

La sous-préfecture n'est pas un monument historique, ni classé, ni inscrit, mais qui est typique et représentative de beaucoup de sous-préfectures moyennes construites sous Napoléon III.

 Les sous-préfectures datent comme les départements de la Révolution Française.

 Le site a une histoire plus ancienne, celle du bâtiment est plus récente.

 Au début du 13e siècle, fondation en ces lieux d'un couvent de Dominicains dont certains furent très connus aux 13e et 14e siècles,

 mais démoli au début du 14e siècle car proche de l'enceinte de la ville (des matériaux du couvent y furent employés,

  • couvent transféré dans la cité, le terrain reste connu sous le nom de Clos des Jacobins,
  • ce bien national est vendu après 4 feux à M. Roger, aubergiste à Sens en novembre 1790 (terrain nu à la vente mais 1781 gravé dans la pierre à la cave).

Le 1er sous-préfet nommé par Napoléon est Thomas SANDRIER (1800).

 Les sous-préfets se logent dans des locations en ville :

  • rue de l'Epinglier (1826), 25 rue de l'Epée (1840) mais les maison sont incommode et insuffisante pour les besoins d'une sous-préfecture : recherche d'une nouvelle maison par l'Assemblée départementale dès 1858.
  • achat d'une maison, jardin et dépendances située route de Paris, entre le Bd de l'Esplanade et la rue des Orfèvres, par le département en juillet 1863 au prix de 80 000 F auprès de Mme Vve Delions.

 Travaux d'extension de la maison bourgeoise par deux ailes de part et d'autre du bâtiment dans une enveloppe de 40 000 F (en fait 48 090 F) achevés en décembre 1866.

 Des travaux d'entretien qui ne modifient plus l'aspect du bâtiment au 20e siècle. Puis, augmentation des activités administratives et construction d'une aile de bureaux en 1980 puis d'une accueil et des bureaux délivrant des titres en 1998 (partie la mieux connue des administrés).