Episode de gale au CAO Jaulges

 
 

L’ARSAgence Régionale de Santé a été informée le 25 juin 2019 de l’existence d’une épidémie de gale au sein du foyer Centre d’Accueil et d’Orientation de Jaulges dont les premiers cas remonteraient à deux semaines. Une vingtaine de cas seraient aujourd’hui recensés sur une population de 130 migrants. Ce chiffre est en cours de validation. L’ARSAgence Régionale de Santé a apporté ses recommandations sur les modalités de maîtrise de l’épidémie et mobilise les moyens médicaux afin d’organiser au mieux le traitement des patients selon les recommandations en vigueur.  

La gale humaine est causée par un acarien (Sarcoptes scabiei). La transmission de ce parasite se fait par contact peau contre peau d'une personne à l’autre. Elle nécessite des contacts étroits et prolongés (serrer la main ne transmet pas la gale).

C'est pourquoi les rapports sexuels favorisent d'autant plus la transmission (la gale est classée comme infection sexuellement transmissible).

Très rarement, le contact avec le linge (mettre des habits contaminés, dormir dans les mêmes draps, s'essuyer avec la même serviette) peut transmettre la maladie.

Le sarcopte, très fragile, ne survit pas plus de 48 heures en dehors du corps humain. Par conséquent, et contrairement aux informations qui circulent, en dehors du cadre des IST, la gale est une maladie peu contagieuse dans sa forme commune.

En 2018, l’ARSAgence Régionale de Santé a reçu 41 signalements d’épisodes de gale pour la région Bourgogne-Franche-Comté, dont 9 dans l’Yonne (principalement des signalements de cas groupés survenant dans des établissements scolaires avec une demande d’appui de l’Education nationale pour définir les mesures de gestion appropriées, ou de cas dans des établissements d’hébergement collectif).

Toutefois, il ne s’agit pas d’une maladie à déclaration obligatoire et les professionnels de santé qui posent le diagnostic ne sont pas tenus d’en informer l’Agence Régionale de Santé.

Il n’y a pas de surveillance spécifique de cette pathologie qui reste une affection sans gravité et très fréquente : l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime à 300 millions le nombre de personnes touchées chaque année.

> Communiqué de presse - Gale CAO Jaulges - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,10 Mb